Impact sur la communauté

La décision d’envoyer en détention provisoire en métropole des militants indépendantistes liés à la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT) a provoqué stupeur, incompréhension et abattement au sein de la communauté. Sept des onze interpellés se sont vus conduits à des milliers de kilomètres de chez eux par un avion spécialement affrété pour l’occasion, selon le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas.

L’Union calédonienne (UC), parti politique impliqué dans la création de la CCAT, a vivement réagi en déplorant cette décision de déporter les responsables et militants de l’organisation. Selon l’UC, les membres de la CCAT sont désormais des martyrs de la justice coloniale, et le parti réclame l’annulation de cette déportation politique.

Placement en détention provisoire en métropole

Plusieurs membres de la CCAT, dont le Commissaire Général Bichou Tein et deux mamans d’enfants en bas âge, ont été envoyés en détention provisoire en métropole. Les avocats des personnes interpellées ont exprimé leur surprise quant à cette décision inattendue, qui n’avait pas été discutée lors du débat avec le juge des libertés et de la détention. Le procureur de Nouméa a justifié cette mesure en soulignant la sensibilité de la procédure et la nécessité de mener les investigations de manière sereine, à l’abri de toute pression.

Onze personnes avaient été interpellées dans le cadre d’un vaste coup de filet visant la CCAT, accusée d’être à l’origine des violences survenues en Nouvelle-Calédonie. Toutes ont été mises en examen pour des faits graves, et neuf d’entre elles ont été placées en détention provisoire. Deux mis en examen ont demandé un débat différé, tandis que deux autres ont été placés sous contrôle judiciaire.

Réactions et perspectives

Les non-indépendantistes se montrent satisfaits de la décision de placer en détention provisoire les membres présumés de la CCAT. Pour eux, il s’agit d’un retour à l’ordre et d’une avancée vers la reconnaissance de leur culpabilité. Dans le camp des indépendantistes, la CCAT a annoncé une conférence de presse à venir, tandis que le FLNKS prévoit un bureau politique avant son Congrès en juillet.

Le couvre-feu en place depuis mi-mai a été prolongé jusqu’au 1er juillet, dans un contexte de tension persistante en Nouvelle-Calédonie.

Source : RCI