La liquidation des compagnies aériennes Antilles et Guyane

La société a été placée en liquidation judiciaire avec une poursuite d’activité de deux mois. Cela signifie que toutes les activités devront cesser à partir du 2 octobre. Les syndicats ont prévu de participer à un comité social et économique afin d’en savoir plus sur l’avenir des compagnies. Sabrina Chalono, déléguée du personnel du Syndicat National du Personnel Navigant Commercial (SNPNC-FO), explique que cette réunion devrait permettre de connaître les repreneurs et d’analyser les différentes offres. De plus, des décisions seront prises concernant la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi.

Confiance dans l’avenir d’Air Antilles

Brieuc Hardy, délégué syndical au Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL), reste confiant quant à l’avenir de la compagnie. En tant que représentant du personnel et de l’organisation syndicale, il estime qu’il est important d’envisager tous les scénarios, mais reste relativement confiant quant à l’avenir d’Air Antilles. Selon lui, la compagnie a sa place dans le ciel des Caraïbes.

Conséquences de la liquidation

La mise en liquidation des compagnies Air Antilles et Air Guyane a entraîné plusieurs conséquences négatives. Tout d’abord, il y a eu une diminution des vols, notamment vers les îles anglophones. Brieuc Hardy affirme que la desserte de ces îles s’est progressivement éteinte et que seuls quelques vols sporadiques sont assurés pour transporter la clientèle avec laquelle des engagements ont été pris. De plus, la fermeture des ventes a entraîné une diminution du nombre de passagers et donc des programmes de vols. Le personnel se sent frustré car il a l’impression d’être mis à l’arrêt. Cependant, l’arrivée d’un repreneur pourrait redonner de l’élan aux activités.

Le futur de la compagnie

Le tribunal de commerce de Pointe-à-Pitre décidera de l’avenir de la compagnie lors d’une audience prévue le 21 septembre. Toutefois, cette audience pourrait être avancée si aucune offre de reprise n’est proposée. Il est donc crucial de trouver un repreneur pour assurer la continuité des activités d’Air Antilles et d’Air Guyane.

Source : RCI