Origine de la yole : une réponse aux besoins des pêcheurs

Au départ, la yole, créée par nos charpentiers de marine qui étaient eux-mêmes des pêcheurs, mesurait entre 4 et 5 mètres. Elle est née de la nécessité d’aller plus loin en mer dans des conditions de sécurité optimales, alors que nos gommiers traditionnels ne le permettaient plus. La yole était principalement utilisée pour la pêche en haute mer, utilisant les rames comme moyen de propulsion pour se rendre sur les lieux de pêche, et la voile pour le retour à terre. La voile était confectionnée à partir de sacs de jute qui étaient utilisés pour transporter le sucre de canne. Les pêcheurs, lors de leur retour du large, se lançaient des défis pour savoir qui arriverait en premier dans la commune, et le perdant devait payer la tournée. Ces défis entre pêcheurs ont donné naissance à l’idée de créer de véritables compétitions, avec l’organisation de paris autour de ces courses.

Les débuts des compétitions de yoles rondes

Un publicitaire du nom de Georges Brival a eu l’idée lumineuse de mettre en place les « Kous canot arrêté », des courses entre deux yoles identiques en longueur et en surface de voile. Cette idée a été un succès immédiat et ces compétitions ont rapidement été intégrées au programme des fêtes patronales, combinant ainsi compétition sportive et convivialité.

L’évolution de la yole et le développement des compétitions

Face à l’engouement croissant du public pour les compétitions de yoles rondes, nos charpentiers de marine ont cherché à améliorer les performances de ces bateaux. Jean Lafontaine et Lison Marie-Magdeline ont été les premiers à travailler sur la conception de la yole afin de la rendre plus adaptée à la compétition. Au fil du temps, la longueur de la yole est passée de 5 mètres à 8, puis à 9,30 mètres, pour atteindre aujourd’hui 10,50 mètres. Les charpentiers de marine continuent d’œuvrer pour rendre la yole toujours plus performante.

En 1960, les premières véritables compétitions de yoles rondes ont fait leur apparition. Douze ans plus tard, la Société des yoles rondes et gommiers a été créée, sous la présidence de Georges Brival, transformant nos yoles en de véritables bolides de compétition.

Le Tour de Martinique des yoles rondes

En 1985, toujours grâce à Georges Brival, le premier tour de Martinique des yoles rondes dans sa version actuelle a été créé. Il a été remporté cette année-là par Désiré Lamon avec la yole Monoprix. Depuis lors, à l’exception des années de la pandémie de Covid-19 (2021 et 2022), le Tour est devenu l’événement sportif incontournable des grandes vacances en Martinique. C’est une fête, une communion pour tout un peuple, où règne une convivialité incomparable. Les exploits sportifs réalisés par nos coureurs, qui sont des athlètes de haut niveau, sont également mis en avant. Tout cela, y compris l’organisation de la fédération, est rendu possible grâce au bénévolat des hommes, des femmes et des sponsors, qui permettent à chacun de défendre sa yole et sa commune pendant une semaine, dans le respect et le fair-play qui caractérisent les gens de la mer.

Conclusion

Le Tour de Martinique des yoles rondes est donc un événement majeur qui rassemble les Martiniquais autour de leur passion pour la navigation et la compétition. Les charpentiers de marine ont joué un rôle crucial dans l’évolution de la yole, en la rendant toujours plus performante. Les compétitions, qui ont commencé par des défis entre pêcheurs, ont rapidement gagné en popularité grâce à l’idée innovante de Georges Brival. Aujourd’hui, le Tour est un rendez-vous sportif et festif incontournable, où se mêlent la camaraderie, la fierté communale et les exploits sportifs.

Source : RCI