RDV permis : la nouvelle plateforme pour les examens du permis de conduire

RDV permis est une nouvelle plateforme développée par le gouvernement afin de faciliter l’inscription des élèves aux sessions d’examens du permis de conduire. Elle permet également aux candidats libres de réserver leur propre place. L’objectif de cette méthode d’attribution des places « nominatives » est de simplifier le processus d’obtention du permis de conduire.

Avis partagés des auto-écoles de Martinique

Les auto-écoles de conduite de Martinique ont des opinions mitigées sur la plateforme RDV permis. Daniel Massolin, gérant d’une auto-école, reconnaît certains avantages, notamment en ce qui concerne le suivi des candidats à la conduite.

La plateforme nous permet d’accéder directement aux informations de certains élèves, ce qui est un point positif. Elle offre également d’autres fonctionnalités, comme la gestion des places disponibles pour les examens de moto, voiture, poids lourd, etc.

Davantage de délais d’attente

Cependant, la plateforme RDV permis a également ses inconvénients. Les formateurs se retrouvent en concurrence pour trouver des dates d’examens, et les premiers inscrits sont généralement privilégiés.

Il arrive que certaines sessions soient déjà complètes, ce qui signifie que certains collègues ont déjà réservé leur place et bloqué un certain nombre de places pour les autres.

Avec ce nouveau système, il est préférable de réussir son examen du premier coup, car les délais d’attente après un échec peuvent être longs. Ousmane Zaffa, directrice d’une auto-école, explique :

Les candidats souhaitent souvent repasser l’examen rapidement, mais ils doivent attendre la date qui leur sera communiquée sur la plateforme. Plus la note est basse, plus le délai d’attente est long, pouvant aller jusqu’à 90 jours.

Des regrets pour certains formateurs

Malgré les avantages de la plateforme RDV permis, certains formateurs regrettent l’ancienne méthode. Ousmane Zaffa explique :

Auparavant, nous avions la liberté de former autant de candidats que nous le souhaitions. Aujourd’hui, nous sommes limités à un quota de 20 places, même si nous sommes le seul formateur. C’est là où ça coince. En gros, nous devons rendre des comptes sur notre fonctionnement. Avant, je ne dis pas que nous n’étions pas honnêtes avec l’État, mais nous avions plus de flexibilité.

Difficultés pour les auto-écoles à répondre à la demande

Les auto-écoles peinent à faire face à la demande des jeunes. Certains élèves n’obtiennent pas de place pour passer leur permis avant de partir en études supérieures.

Source : RCI