Un parcours politique et économique remarquable

Dans le domaine politique et économique, le nom de Jean-Paul Jouanelle était largement reconnu. Ayant occupé divers postes tels que attaché parlementaire, chef de cabinet et attaché de presse de ministre, ce septuagénaire s’est forgé une solide réputation au cours de ses 21 années passées dans le monde politique.

Un retour en Afrique et un engagement dans le monde économique

Né au Mali en 1952, Jean-Paul Jouanelle a fait son retour en Afrique à la fin du 20e siècle, en 1999, en tant qu’attaché de presse à l’ambassade de France à Bamako. Par la suite, il s’est tourné vers le monde économique, devenant en 2010 le délégué général de l’association patronale Contact-Entreprise, un organe de communication pour les chefs d’entreprises martiniquais. Avant cela, il avait occupé divers postes de direction au sein de l’administration du Conseil général de la Martinique.

Un homme influent et engagé

Anobli chevalier de l’ordre du mérite en 2014, Jean-Paul Jouanelle bénéficiait d’un vaste réseau de contacts. Homme d’influence, il a œuvré activement ces dernières années pour faire reconnaître la Martinique comme l’une des réserves de biosphère de la France auprès de l’UNESCO.

Un hommage émouvant de ses pairs

Emmanuel de Reynal, ancien président de Contact-Entreprise, a exprimé son émotion à l’annonce du décès de Jean-Paul Jouanelle. Il a déclaré : « C’est un choc terrible. Quand on connaît Jean-Paul, on ne s’imagine pas une seconde qu’il puisse tomber. C’était un bloc d’humanité. Une force tranquille. J’ai eu la chance de bien le connaître. On a mené des combats magnifiques. C’est quelqu’un d’incroyable. De tout à fait unique. »

Un pont entre le monde de l’entreprise et de la politique

Selon le chef d’entreprise Emmanuel de Reynal, Jean-Paul Jouanelle a joué un rôle crucial dans l’établissement de liens entre le monde de l’entreprise et celui de la politique, de l’éducation et de la culture. Il a commenté : « Il a été d’une influence formidable pour le monde économique. Son œuvre est réellement là. »

Source : RCI